Prurit et démangeaison de la peau

Le prurit est le nom scientifique pour désigner la sensation désagréable qui donne envie de se gratter, autrement dit les démangeaisons. Le prurit chronique est d’abord un symptôme cutané, déclenché par un stimuli, c’est-à-dire un élément qui stimule les récepteurs de l’épiderme : réaction à un produit, dessèchement de la peau, irritation, inflammation… Le message est transmis au cerveau par les terminaisons nerveuses, ce qui provoque le réflexe irrésistible de se gratter. Pire, plus on se gratte, plus on a envie de se gratter…

Comprendre les démangeaisons 3

Le prurit, un problème très courant

Le problème des démangeaisons toucherait 1/3 de la population mondiale*. Tout le monde peut être concerné à tout âge par des démangeaisons chroniques, les plus difficiles à supporter : les bébés et les enfants souffrant d’eczéma atopique, les adultes atteints d’urticaire ou de psoriasis, les personnes âgées qui doivent presque toutes faire face à un dessèchement intense de la peau, la xérose sénile. Derrière l’ampleur du phénomène, on trouve des situations et des causes très variées, mais une chose est sûre, les démangeaisons chroniques, au-delà de 6 semaines, ont un impact considérable sur la qualité de vie. Une certitude qui a mis du temps à s’imposer car les démangeaisons ont longtemps été négligées ou considérées comme un problème mineur. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’on connaît encore mal tous les mécanismes qui interviennent dans le prurit. Pourtant, les choses avancent et des solutions existent pour soulager les démangeaisons.

Comprendre les démangeaisons

Pourquoi ça gratte ?

Très complexe, le processus de démangeaison implique la peau et le cerveau.

  • Tout commence au niveau de la peau, avec une altération de la barrière cutanée. Incapable de jouer correctement son rôle bouclier, la peau facilite la pénétration d’éléments irritants indésirables, comme des allergènes par exemple.
  • L’entrée de ces éléments externes dans l’organisme provoque une réaction d’alerte par les cellules de la peau et le système immunitaire qui libèrent des médiateurs pruritiques, c’est-à-dire des substances capables de transmettre ce signal d’alarme au cerveau.
  • Le message parvient alors au système nerveux général et au cerveau, via les terminaisons nerveuses de la peau.
  • La sensation de démangeaison apparaît avec une réponse immédiate : on se gratte.
  • Le grattage augmente l’irritation locale et aggrave l’inflammation : on a encore plus envie de se gratter et on entre dans un cercle vicieux où la barrière cutanée s’abîme sans cesse davantage, est de plus en plus perméable et laisse passer tous les allergènes.

Les causes des démangeaisons chroniques

Potentiellement, un grand nombre de maladies de peau chroniques peuvent occasionner des démangeaisons.

L’eczéma atopique

La dermatite atopique fait alterner des périodes de crises d’eczéma accompagnées de fortes démangeaisons et des accalmies. Selon la Fondation Dermatite Atopique, 100 % des patients se grattent. A l’origine, il y a toujours une peau très sèche et génétiquement trop perméable, donc un risque élevé d’infection microbienne, aggravé par les grattages.

L’eczéma de contact

A la différence de la dermatite atopique, l’eczéma de contact est lié à un type d’allergène externe précis. La réaction inflammatoire se déclenche à chaque fois que la peau entre en contact avec cet allergène. Là encore, les démangeaisons accompagnent les plaques d’eczéma.

Le psoriasis

Il s’agit d’une maladie inflammatoire qui s’exprime principalement sur la peau, dont les cellules se renouvellent trop rapidement. Le psoriasis est lié à un terrain génétique favorable, associé à des facteurs environnementaux aggravants. Au-delà du préjudice esthétique, 70 à 90 %* des personnes atteintes par le psoriasis ont des problèmes de démangeaisons.

*Rapport Objectifs Peau 2017 – Société Française de Dermatologie (SFD)

L’urticaire chronique

L’urticaire chronique est également une maladie inflammatoire qui fonctionne par épisodes, dont certains peuvent durer plus de 6 semaines. Les rougeurs cutanées s’accompagnent de sensations de brûlures et d’intenses démangeaisons.

La xérose sénile

Il s’agit d’un intense dessèchement de la peau, très répandu chez les plus de 65 ans, un phénomène dont les causes sont encore mal connues. La peau devient extrêmement sèche avec de fréquentes démangeaisons.

La sécheresse cutanée

En dehors de toute pathologie de peau identifiée, la simple sécheresse de la peau peut être responsable de démangeaisons, parfois après la toilette et le contact avec l’eau, parfois à cause de certains vêtements (collants, jeans, laine, etc…)

Les facteurs aggravants

La peau très sèche se sensibilise et devient plus réactive dans certaines conditions de vie. Ainsi, le stress, la pollution, une hygiène inadaptée, les UV, le froid ou le chlore des piscines peuvent suffire à provoquer des démangeaisons sur une peau sensibilisée.

Les différents mécanismes du prurit

Comme on vient de le voir, l’altération de la barrière cutanée est toujours à l’origine des démangeaisons. Mais pourquoi est-elle déficiente ? Il peut y avoir de multiples raisons qui font que la peau ne joue plus son rôle barrière et devient plus perméable. Selon les cas, les médiateurs pruritiques qui permettent la transmission de l’information vers le cerveau ne sont pas les mêmes, ce qui complique le traitement des démangeaisons. On parle de « voie pruritique » pour désigner la manière dont le signal chemine vers le cerveau.

Par exemple, dans le cas de certaines démangeaisons d’origine allergique, l’histamine est la substance (médiateur) qui permet la transmission au cerveau, voilà pourquoi les médecins prescrivent des anti-histaminiques. Mais dans bien d’autres cas, l’histamine n’est pas en cause et les traitements anti-histaminiques sont inefficaces. Il faut donc bien identifier l’origine des démangeaisons et la voie pruritique pour pouvoir les soulager.

Comprendre les démangeaisons 1

Vivre avec des démangeaisons chroniques

Nous en avons tous fait l’expérience un jour ou l’autre, la sensation de démangeaison est l’une des plus énervantes qui soient. Pas étonnant que les personnes qui souffrent de démangeaisons chroniques, donc au long cours, se plaignent d’une qualité de vie considérablement dégradée.

Le sommeil

Les problèmes de sommeil sont évidemment en première ligne. Dans le cas des bébés et des enfants touchés par l’eczéma atopique, les démangeaisons peuvent bouleverser toute la vie de famille à cause des problèmes de sommeil, notamment chez les tout-petits qui ne peuvent se gratter. Les adultes souffrent fréquemment de fatigue chronique.

Le stress

Au fil du temps, le grattage peut devenir un réflexe, même en l’absence de stimuli objectif. Ce phénomène a été observé chez certains patients atopiques qui continuent de se gratter entre deux poussées, sans avoir de plaques d’eczéma. Les patients savent qu’ils doivent résister à l’envie de se gratter, parviennent souvent à se contrôler en public, mais au prix d’un stress permanent.

Les relations sociales

Elles sont impactées dès l’enfance. Les enfants touchés par des poussées d’eczéma atopique sont gênés par les démangeaisons, qui ont un retentissement sur leur vie scolaire et sociale. Considérés comme des enfants agités, ils peuvent parfois souffrir d’isolement, suspectés par les autres enfants d’être contagieux ou d’avoir une hygiène douteuse. A l’âge adulte, le grattage est aussi mal vécu et impacte l’image de soi.

Comment atténuer les démangeaisons ?

En fonction de la cause des démangeaisons, le soulagement est plus ou moins facile. Dans tous les cas, certains gestes permettent de diminuer les symptômes et de se sentir mieux dans sa peau.

6 conseils d’hygiène et de soin

Des produits d’hygiène et de soin mal choisis peuvent endommager encore davantage la barrière cutanée.

  1. Pour la douche, choisissez un soin lavant doux, de préférence sans savon, pour préserver le film hydrolipidique naturel de la peau.
  2. Evitez les bains et l’eau chaude, une température de 34°C est un maximum.
  3. Ne frottez pas votre peau pour la sécher afin de limiter les irritations susceptibles de déclencher des démangeaisons.
  4. Deux fois par jour, hydratez-vous des pieds à la tête, c’est le premier geste de soin pour protéger votre peau et renforcer le film hydrolipidique souvent défaillant en cas de démangeaisons. L’hiver, choisissez une texture baume pour le corps et orientez-vous vers des produits recommandés pour les peaux très sèches à atopiques, les plus relipidants.
  5. Certains produits disponibles sans ordonnance permettent de soulager rapidement les crises de démangeaisons et de renforcer en même temps l’hydratation de la peau.
  6. Rappelez-vous que les UV sont un facteur aggravant des démangeaisons, évitez les expositions solaires et protégez les zones découvertes avec une crème solaire à SPF 50+ pour peau sensible.

Les traitements médicaux

Les démangeaisons sont un symptôme et non une maladie. En cas de démangeaisons chroniques, vous devez consulter votre médecin qui établira un diagnostic et vous prescrira un traitement en fonction de l’origine de ces démangeaisons. Qu’il s’agisse de dermatite atopique, de psoriasis ou d’urticaire, soyez patient et suivez bien ce traitement, l’observance est essentielle pour voir une amélioration.

La relaxation

Supporter des démangeaisons chroniques est mentalement éprouvant. La méditation, le yoga, l’hypnose, le sport et la sophrologie par exemple, peuvent vous aider à supporter le stress. Certaines personnes adoptent des rituels lorsque la sensation de démangeaison apparaît, comme l’application de poches de froid (un sac de petits pois congelés enveloppé dans un linge de coton peut faire l’affaire), de crème hydratante conservée au réfrigérateur, d’eau ou de solution calmante spéciale démangeaisons en spray ou tout autre dérivatif capable de faire diversion. Le grattage avec les ongles peut favoriser une infection microbienne, il existe aussi des roulettes de massage à passer sur la peau pour se gratter doucement sans abîmer la peau.

Partagez